Que peuvent apprendre les Européens des Etats-Unis ?

 Bonne humeur aux Etats-Unis, soupe à la grimace allemande

Tout n’est pas rose aux Etats-Unis, et un grand sourire n’est pas synonyme d’amitié. Cependant, après 20 ans passés en Allemagne, la bonne humeur chronique des Américains ainsi que leur positivisme est une réelle bouffée d’oxygène. 

Dans mon dernier post, je listais ce que les Etats-Unis pourraient apprendre de l’Europe. Mieux conduire, profiter de la vie, manger mieux etc… Mais nous aussi pouvons prendre du bon des Américains, en commençant par leur positivisme et enthousiasme. Tout n’est pas rose aux Etats-Unis, et un grand sourire n’est pas synonyme d’amitié. Cependant, après 20 ans passés en Allemagne, la bonne humeur chronique des Américains ainsi que leur positivisme est une réelle bouffée d’oxygène.

5 incontournables aux Etats-Unis

Voici ma liste des incontournables à apprendre des Américains, et sans aucun doute à considérer pour faire des affaires aux Etats-Unis !

#1 L’optimisme

Une des plus belles expressions américaines est „take a chance“ pour dire prendre un risque.

Là où nous voyons un risque, les Américains prennent leur chance. Remis dans le contexte de la conquête des Etats-Unis, nous ne pouvons qu’admirer leur courage. La vie était rude, l’environnement hostile. Seuls les plus persévérants et les plus habiles ont survécu. Tout n’était que risque, au vu de notre perspective. Pour eux, c’était une chance d’améliorer leur situation.

Au quotidien, cela veut dire engager un outsider n’ayant aucune expérience pour le poste à pourvoir. Cela veut dire se lancer dans un nouveau business, créer une start-up de rien même avec peu de moyen. Cela signifie aussi qu’échouer n’est pas considéré comme une tare.

#2 Aimer son pays

Les Américains sont fiers de leur pays. Sans même avoir vécu ici, tout le monde connaît ces grandes productions hollywoodiennes (Il faut sauver le soldat Ryan) ou film catastrophe (Independence Day, le jour de la riposte) qui sont de pures odes patriotiques.

En 2010, Le Figaro rapportait qu’à Bethesda, une ville au Nord de la capitale, une association avait déposé gratuitement, devant chaque porte, un drapeau américain. „Il était indispensable, de l’avis de l’association qui a sponsorisé l’initiative, que chaque jardin soit pavoisé à l’occasion de la fête nationale du 4 juillet“

Mon fils de 6 ans, scolarisé dans une école américaine, prête serment tous les matins au drapeau américain. On aime ou on n’aime pas, mais la politique américaine d’assimilation des migrants favorise le patriotisme.

#3 S’engager pour la communauté

Selon le Bureau of Labor Statistics, 63 millions d’Américains s’engagent dans des associations à but non lucratifs. Alors que la couverture sociale est notoirement inférieure à celle offerte en Europe, la société civile américaine compense les défaillances de l’état.

Guy Sorman, énarque, chef d’entreprise et essayiste nous dit que „Tous les États en Europe ont outrepassé leurs capacités contributives à la solidarité sociale, à l’éducation supérieure, à la culture non commerciale“.

La réponse américaine passe par le volontariat. Celui-ci commence dès le plus jeune âge, par exemple dans les écoles primaires qui organisent ou supportent des activités caritatives. A Washington, les écoles imposent 100 heures de volontariat par an pendant le lycée.

Tous les ans, avant Noël, ma fille de 16 ans s’engage à fond dans du volontariat à son école. Avec le bénéfice de la vente de chocolat pour la Saint Nicolas, elle achète des cadeaux pour des enfants de famille défavorisée. Elle leur remet en personne lors d’une journée spéciale, qu’ils appellent le „Gift Drive“. Le tout est chapeauté par l’école qui établit le contact entre élèves et familles. Cela lui a largement ouvert les yeux sur le monde en dehors de son école semi-privée.

#4 Plus de sport

Les Etats-Unis est le pays des paradoxes. Selon une étude de 2015 de Gallup, plus d’un quart des Américains sont obèses. Mais il faut quitter les métropoles pour les voir.

A Washington, je vois des joggers du matin au soir et ce, par tous les temps. Le club de gym du quartier est bien rempli dès 6 heures le matin et bien après 20 heures le soir. Quant aux enfants, l’offre sportive est immense : american football, basket ball, soccer, base ball, natation, karaté, gym etc.

Seulement 20% des Américains font au moins 2,5 heures de sport par semaine, et les statistiques reflètent une certaine inégalité : plus les Américains ont de diplômes, plus ils vont faire du sport pour se maintenir en forme.

J’aurais sans doute beaucoup profité de vivre d’abord à Washington avant de partir pour l’Allemagne. Soupir. Cela m’aurait certainement évité tous ces kilos superflus. Re-soupir…

#5 Service clientèle

Les avis sont partagés dans la communauté, mais quel plaisir de faire ses courses aux Etats-Unis. Ou de se faire servir dans un restaurant ! Gentillesse, sourire, attention sont toujours aux rendez-vous.

Oui, la forte part que prend le pourboire dans leur rémunération y joue certes un rôle. Cela encourage à être sympathique, souriant, serviable. Mais je m’en fiche royalement à partir du moment où je suis bien traitée !

A mes compatriotes français : allez donc en Allemagne pour comprendre ce que veut dire un mauvais service. Le SPIEGEL, un très sérieux hebdomadaire allemand titrait déjà en 1995 „Servicewüste Deutschland“, à traduire par „Allemagne : Le désert du service clientèle“.

Les Américains sont serviables et aimables. Point à la ligne.

Vous avez d’autres incontournables aux Etats-Unis que vous aimeriez bien voir en France, en Suisse, ou ailleurs ? N’hésitez pas à partager votre expérience !

Leave a comment with your Facebook account, or use the comment fields below

comments

Tags from the story
, , , ,
Written By
More from Catherine

15 kilos de France dans ma valise

Arrive un moment où les anciens commencent à disparaitre. Il y a...
Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *