Les Allemands n’ont-ils vraiment pas d’humour?

Manque d'humour allemand en entreprise

Les Allemands sont réputés pour leurs voitures, pas pour leur humour. Les derniers spots d’Edeka, une chaîne allemande de supermarchés inconnue à l’international, prouvent pourtant que les Allemands peuvent être très créatifs et avoir beaucoup d’humour.

La plupart d’entre vous aura grandi dans un univers mono-culturel, par exemple uniquement français. Ce n’est que plus tard, par des choix professionnels ou personnels, que certains auront été confrontés à d’autres nationalités, d’autres cultures. Ce fut mon cas. A l’âge de 18 ans, je tombais amoureuse d’un Allemand et le suivais deux ans plus tard à Francfort. J’y suis restée 20 ans, m’y suis mariée, et mes enfants y sont nés.

Les clichés sur l’humour allemand ont la vie dure

Dans mon premier poste, une grosse boite française dans l’agro-alimentaire, j’ai découvert les Allemands au travail. La majorité de mes collègues étaient allemands. Seul le département marketing, avec une bonne moitié de Français, faisait tache. C’était là aussi où ça rigolait le plus ! Nous travaillions dur et tard le soir, mais nous prenions le temps pour aller déjeuner, pour une pause café, se faire la bise le matin et papoter deux minutes à la photocopieuse. A l’époque, nous avions tous moins de 30 ans et trouvions les Allemands plutôt coincés et pas marrants.

Il m’a fallu du temps et de la maturité pour comprendre que ce que j’étiquetais “coincé” et “pas marrant”, n’était en fait que le cloisonnement vie privée-vie professionnelle si cher aux Allemands. En privé, les Allemands aiment bien rire et les comédies ont du succès au cinéma. En 2011, Intouchables faisait un carton en Allemagne aussi. Et en 2014, “Qu’est ce qu’on a fait au Bon Dieu ?” s’est même hissé à la troisième place du box office allemand, battu en toute dernière minute par les sagas de Hunger Games et du Hobbit. D’ailleurs, 7 sur 10 des meilleurs films allemands de tous les temps sont des comédies !

De l’importance d’être pris au sérieux

Nous avons tous des clichés en tête, et celui que les Allemands ne sont pas drôles, a la vie dure. Oui, au travail, les Allemands sont très sérieux, mais dans leur temps libre, ils sont complètement différents. Si vous n’avez jamais vécu en Allemagne, et que votre seul contact avec ce pays consiste à travailler avec des partenaires allemands, vous n’avez jamais eu et n’aurez sans doute jamais l’occasion de partager avec eux des moments personnels.

Ce n’est certainement pas au bureau qu’un Allemand va faire des blagues, ou dévoiler tout son humour. Cela ne serait pas sérieux ! Et il est capital pour un Allemand d’être pris au sérieux. Passez en revue vos affaires avec des Allemands : ils sont toujours extrêmement bien préparés, même jusque dans les détails. Dans un repas d’affaires, ils parlent… affaires, à la rigueur de voitures ou du Bayern, le club de foot allemand le plus célèbre au monde. Naturellement, ils ne parleront pas de leur famille ou de leur plans pour les vacances. Cela pourrait être pris pour un manque de sérieux.

Forte séparation de la vie professionnelle et privée

Les Allemands travaillent pendant les heures de bureau, le mot allemand “Arbeitszeit” se traduisant littéralement par “temps pour travailler/temps de travail”. Ils “vivent” le soir, le week-end et pendant leurs vacances. Là, encore le mot allemand “Feierabend” est révélateur. Intraduisible vraiment en Français, mot à mot il signifie “soirée pour faire la féte“.

Edward T. Hall, un sociologue américain, spécialiste de l’interculturel a identifié certaines dimensions expliquant des différences culturelles. Il a notamment relevé que les Allemands s’orientaient aux taches à effectuer, alors que les Français favorisaient les relations personnelles.

Dans mon exemple, il était important pour moi et les Français de mon équipe de se parler, de prendre du temps et de passer du temps ensemble que ce soit pour un café ou un déjeuner. Nos collègues allemands se concentraient eux sur le travail à faire au bureau. Ils nous trouvaient bien peu efficace. A leurs yeux, quitter le bureau tard n’était pas un signe de dévouement à notre travail mais tout simplement un manque d’efficacité.

Dans les cultures latines, comme en France, là où la communication inter-personnelle est très importante pour obtenir des informations et résoudre des problèmes, la distance entre le travail et le temps libre est beaucoup moins importante. Elle donne donc plus d’espace aux rires et à l’humour.

La globalisation aide à briser des barrières interculturelles

Nous vivons heureusement dans un monde de plus en plus mobile. Les barrières interculturelles sont moins élevées qu’elles l’étaient il y a 20 ans. Rencontrer un manager allemand qui apprécie un bon restaurant est beaucoup plus fréquent qu’autrefois. Il coulera encore beaucoup d’eau sous les ponts avant de le voir se dérider ou lui même raconter une blague ? Il serait bien trop mal à l’aise.

Il y a quelques mois, j’ai eu la chance de faire une conférence sur mon sujet préféré, le marketing interculturel. Invitée par les Euro-Chambers of Commerce de Minneapolis, mon audience était très mixte avec beaucoup d’Américains d’origine allemande, suédoise, et française. Dans mon intervention, j’ai souligné notamment l’impact des clichés que nous transportons avec nous, malgré tous nos efforts.

Les Allemands ne manquent pas d’humour, leur humour est certainement différent du notre, du votre, mais il est bien présent. J’ai conclu mon discours par cette publicité pour Mercedes, spot crée et réalisé par une agence de pub allemande, Jung von Matt. Regardez là, pas un seul dialogue, tout est d’une finesse… et très drôle.

La publicité allemande n’est pas particulièrement renommée pour sa créativité. Pourtant elle a du talent comme le prouve ces deux spots. Ce sont les directeurs marketing, les chefs d’entreprise qui bloquent la création en voulant en rester aux faits.

Bien que je sois née en France et ai grandi en France, je suis profondément imprégnée de la culture germanique puisque j’y ai travaillé plus de 20 ans. Plus je suis à l’aise dans une relation professionnelle, plus mon coté français ressort. Et cela se voit à quoi ? Je me laisse plus d’espace, je fais des petites blagues qui font rire. Avec un nouveau client, je suis sérieuse jusqu’au bout des ongles. Pas d’humour, pas de blagues, et surtout rien de personnel. Sinon, comment être prise au sérieux ?!!

Crédit photo : Vibe Images

Leave a comment with your Facebook account, or use the comment fields below

comments

Written By
More from Catherine

Eat, Drink, and Be German: Oktoberfest in the United States

Forget about Oktoberfest in Munich. First, it’s too late to attend this...
Read More

2 Comments

  • Excellent article,Catherine!

    En ma qualité d’Alsacien (ayant un pied dans chacune de ces deux cultures), je comprends parfaitement bien ce que vous dites. La compréhension & l’acceptation de l’humour d’une culture sont un élément clé de l’appreciation de cette culture, au travail autant que les loisirs.

    Bien à vous,

    Louis W.

    • Merci, et alors Louis ? Comment situez vous l’humour des Américains par rapport aux Français et aux Allemands ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *